Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Sein en hélicoptère

J'ai toujours été fasciné par les îles et leurs habitants. Le fait que des humains vivent sur un petit bout de terre, en autarcie, comme coupés du reste du monde, m'a toujours intrigué. Et cette semaine, j'ai découvert une île particulièrement indépendante : l'île de Sein. Je me suis rendu dans le Finistère pour y effectuer un vol en hélicoptère, et j'ai donc pu découvrir l'île aussi bien par la terre, par la mer et depuis les airs. L'île de Sein mérite bien son surnom d’« île des tempêtes ». Sur cette île qui dessine comme un grand S dans l'océan, le vent est incontestablement le maître des lieux. Cette terre n’est en fait que la partie émergée d’un vaste plateau sous-marin baptisé « la chaussée de Sein ». Située à un mètre au-dessus de la mer, son point le plus haut culmine à 6 mètres d’altitude. Il lui arrive donc d'être complètement submergée lors des grandes marées. Une ambiance « îlienne » s'y fait clairement sentir. Lorsque vous l'arpentez, il y a d'un côté les îliens, et de l'autre le reste du monde. Si cette atmosphère est présente sur presque toutes les îles que j'ai pu découvrir, elle l'est ici un peu plus qu'ailleurs, selon moi. L'histoire de l'île doit y être pour quelque chose. Durant des siècles, l’île de Sein fut en effet la terre sacrée des Celtes qui y enterraient leurs druides. Ses habitants sont des navigateurs qui connaissent parfaitement les fonds marins et ont été, au cours de l’histoire, des sauveteurs à plusieurs reprises. Les exemples sont légion, comme ces 500 matelots du Magnifique sauvés en 1777. Au lendemain de l’Appel du 18 juin lancé par le général de Gaulle, 132 Sénans sont partis pour l’Angleterre. Ces premiers combattants de la France libre offrirent à leur île la croix de guerre, la médaille de la Résistance et la croix de la Libération. L’unique bourg de l’île possède des ruelles de moins d’un mètre de large, ce qui permettait de faire rouler les barriques où était stocké le poisson séché tout en offrant un minimum de place au vent et aux embruns. Au cœur de ces ruelles sinueuses, il y a l’église Saint-Guénolé, qui fut parfois l’unique refuge des habitants lors des grandes marées : ils devaient alors grimper sur le toit ou dans le clocher. Pour atténuer les dangers menaçant les navires qui se déplacent dans ce prolongement de la pointe du Raz, le phare d’Ar-Men fut bâti contre vents et marées, après dix-sept années d’efforts. Si vous aimez les endroits un peu à part, coupés du monde, l'île de Sein pourrait vous plaire. Et si vous aimez admirer la terre, je vous recommande chaudement un vol en hélicoptère : la terre ne m'a jamais parue aussi belle que là-haut. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du blog sur ce de baptême en hélicoptère qui est très bien rédigé sur ce thème.

Les commentaires sont fermés.