Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Les droits des femmes en Afrique en 2016

En Afrique l'année dernière, l’inégalité entre hommes et femmes et la discrimination fondée sur le genre ont continué d’aggraver les effets négatifs des inégalités raciales, sociales et économiques, en particulier pour les femmes et les filles appartenant à des groupes marginalisés. Près d’un tiers des femmes enceintes étaient infectées par le VIH mais, cette année encore, la mortalité maternelle a reculé grâce au traitement antirétroviral gratuit dont elles bénéficiaient plus facilement. Selon les chiffres du ministère de la Santé, le taux de mortalité maternelle a poursuivi sa baisse, avec 155 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes en 2016 contre 197 en 2011. En milieu rural, les problèmes liés à la disponibilité et au coût du transport permettant aux femmes et aux jeunes filles enceintes d’accéder aux services de santé ont persisté. Les femmes et les jeunes filles couraient toujours des risques inutiles du fait des obstacles entravant l’accès à l’avortement. En juin, l’État a lancé la campagne She Conquers afin de remédier au taux disproportionné d’infection par le VIH chez les filles et les jeunes femmes et de faire baisser le nombre élevé de grossesses chez les adolescentes. Même si le message de la campagne mettait en avant l’amélioration de l’accès des filles à la santé, à l’éducation et à l’emploi, il lui a été reproché de perpétuer des stéréotypes négatifs sur leur sexualité. Toujours en juin, la Commission pour l’égalité des genres a estimé que l’obligation pour les filles de se soumettre à un test de virginité (ukuhlolwa) pour obtenir une bourse de l’enseignement supérieur, comme l’imposait une municipalité de la province du Kwazulu-Natal, bafouait les droits constitutionnels à l’égalité, à la dignité et au respect de la vie privée, et ne faisait qu’entretenir le patriarcat et les inégalités en Afrique du Sud. Cette obligation a été supprimée. Également en juin, la rapporteuse spéciale des Nations unies sur la violence contre les femmes a publié un rapport dans lequel elle a appelé l’Afrique du Sud à adopter une approche coordonnée en vue de mettre fin aux violences et aux discriminations liées au genre, qui étaient généralisées dans le pays ; elle a d'autre part recommandé de dépénaliser le travail du sexe. En mars, le Conseil national d’Afrique du Sud sur le SIDA (SANAC) a lancé un plan d’action contre le taux élevé d’infection au VIH chez les travailleuses et travailleurs du sexe, qui reposait notamment sur l’accès à la prophylaxie pré-exposition et aux médicaments antirétroviraux. Le SANAC et les militants défendant les travailleuses et travailleurs du sexe ont signalé que les lois sud-africaines relatives à la « prostitution » risquaient de saper ce plan.

Les commentaires sont fermés.