Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Piloter un avion de ligne

Aéroport Charles de Gaulle, dix heures.Après un briefing où l'on m'a expliqué les bases de l'aérodynamisme, j'entre dans la cabine du Boeing 737 et me mets sur le siège du pilote, pendant que ma petite soeur se met sur le siège à l'arrière. Mon instructeur se place à mes côtés, sur le siège de second). Je mets ma ceinture et prends le casque du commandant. En suivant les instructions de mon co-pilote, j'effectue la traditionnelle checklist. Quelques minutes plus tard, je demande finalement à la tour de contrôle la permission de décoller. Il est temps de laisser la terre ferme. Je pousse les gaz à fond. L'appareil prend de la vitesse et le sol de la cabine se met à vibrer. L'appareil quitte enfin la terre ferme et je me retrouve pressé au siège. Je monte à 2000 pieds avant de procéder à un virage à 45° pour m'éloigner de l'aéroport. C'est parti pour un vol prodigieux. Je ne suis pas un pilote de ligne. Et nous ne sommes pas à bord d'un véritable Boeing. Mais de ma place, il m'est difficile de reconnaître la fiction de la réalité. Nous sommes dans un simulateur de vol. Si vous connaissez Flight Simulator X, inutile de faire le rapprochement. On est loin de FlightGear. C'est en effet un simulateur à usage professionnel est employé par les compagnies à former leurs pilotes. Ces appareils ont été certifiés par la Direction Générale de l'Aviation Civile (DGAC).. L'habitacle est la reproduction détaillée d'un A330. La cabine est aménagée sur vérins hydrauliques, et l'on ressent donc tout ce qu'on peut ressentir en vol : les accélérations, turbulences, les virages, ronronnement des moteurs. Le simulateur clone la réalité à 99% ! Le simulateur simule aussi magnifiquement la météorologie : lumière, orage, lumière éblouissante... L'expérience est à la carte, car il est possible de déterminer le point de départ parmi presque 24000), les modalités de vol :météorologie, panne, etc). Novice en la matière, j'ai fait un vol simple de Lyon à Genève, de nuit . Une aventure impressionnante ! L'immersion était si totale que j'ai ressenti le décalage horaire à la sortie. J'avais regagné le tarmac à la fin dujour et nous étions encore en pleine journée à l'extérieur ! En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste de vol en simulateur.

Les commentaires sont fermés.